Google+ Badge

Suivre ce blog par mail

vendredi 13 octobre 2017

Le retour des poilus en tenue de camouflage

Me revoici parmi l'équipe (formidable ) de profs et documentaliste de Gignac pour faire écrire à nouveau les élèves de troisièmes sur les poilus. Ce projet initié en 2014 se poursuit jusqu'en 2018 et cette année, nous avons choisi de travailler sur l'histoire du camouflage à travers l'histoire d'un peintre qui a vécu à Montpellier et qui est parti au front. Nous continuons à faire écrire deux classes, nous sommes toute une petite équipe et réalisons un roman graphique constitué de papiers découpés à l'image du cubisme. Les peintres ont eu un rôle dans le camouflage pendant la première guerre mondiale.
Pour plus d'infos: sur le camouflage


Moment de grâces rares dans les ateliers d'écriture, je vois des enfants commencer à aimer ce qu'ils écrivent et je vous en livre le début.
Je me souviens de ma mère aux cheveux bouclés et de sa peau qui sentait la cannelle.
De mon cousin à qui je rendais visite par les jours d’orage. De ces jeux de guerre avec les copains sans que nous n’ayons jamais eu l’idée de ce que cela pouvait vraiment être. De mon cerceau,il tombait, celui de ma sœur roulait habilement entre ses doigts.
De cette fille aux longs cheveux couleur gingembre et aux grands yeux océan.
Des jours couleur de poussière.
Du tic-tac envoûtant de l’horloge en bois.

De l’odeur des bons points.
De mon ours blanc câlin.
Des disputes furieuses de mes parents.
Des billes offertes par mon père qui fusaient sur le parquet.

Je me souviens du coffre dans lequel je dissimulais mes premiers pots de peinture.

Mes talents de peintre, je les cachais sous mon lit : mes parents voulaient que je sois comme les autres.

Je me souviens de cette pièce là où avec mon cousin, tous les deux,on dessinait des tableaux à l’odeur de monde. Je n’avais pas encore de pinceau, mais ça ne m’empêchait pas de dessiner des formes avec mes doigts couverts de peinture.
Des tableaux accrochés aux murs de la chambre de mes parents. Il y avait ce moulin dont je faisais toujours tourner les roues dans ma tête.
De l’odeur de ma première palette
Depuis ma fenêtre, j’avais dessiné une rue commerçante ; mais je l’avais peinte vide, sans vie. généralement, il y a toujours une foule de monde se ruant dans les boutiques, très pressés. Là, rien. Les boutiques étaient vides et les magasins fermés.

Mon père collectionnait les œuvres d’art. Il ne m’a jamais offert de toile. A dix-huit, il m’a légué un pistolet. Il savait peut-être de quoi serait fait le monde. Car la guerre murmurait déjà et je ne l’entendais pas.


vendredi 1 septembre 2017

Rororiro!

Le voici tonitruant cet étrange coquelet qui vient de sortir de sa basse-cour!

Né d'un voyage en train, (un retour de salon) d'un grand fou rire, cet album vient d'arriver dans toutes les bonnes librairies.
Il a été écrit avec mon amie Emmanuelle Figueras, illustré par la très talentueuse Xavière Devos et paraît aux éditions Circonflexe.
Rororiro raconte l'histoire d'un petit hérisson égaré qui se refugie dans une basse-cour. Le malheureux orphelin trouve difficilement sa place auprès de Suzie, une poule un brin revêche. C'est ce mutuel apprivoisement que nous vous livrons dans cet ouvrage assez tendre, écrit avec le sourire!
En voici quelques extraits:





Et d'autres sur le site de l'éditeur:ici

mardi 18 avril 2017

Où Molière marche les pieds en parenthèse...

Me voici plus que ravie, je viens de recevoir mes exemplaires de Mon cher Molière qui sera très bientôt disponible en librairie..Mon cher Molière n'est pas un livre parmi d'autres pour moi, c'est un long travail mené autour de mon auteur de théâtre fétiche, une version littéraire d'une thèse que je n'ai jamais soutenue - mais que j'ai pourtant écrite -, le fruit d'un amour pour les mots du 17ème siècle et un grand bonheur à me plonger dans la vie d'un homme très énigmatique....car, de Molière nous savons peu. Pas de manuscrits....pas de confessions....rien de sa plume, hormis des traces de passages dans les provinces du Sud et d'ailleurs.
Je suis d'autant plus heureuse que ce livre sort aux belles éditions Bulles de savon que je vous recommande fortement.
Voici la couverture du livre:
Dans ce livre, vous saurez pourquoi Molière marche parfois les pieds en parenthèse, pourquoi il gratte du peigne à la porte du roi, pourquoi il préfère manger de la viande plutôt que de boire du lait et découvrir les dangers à contrefaire le mort...plus sérieusement, vous suivrez Molière dans ses déambulations, ses longs voyages à travers la France où il rencontra des amis pour la vie, des femmes aimées follement et des rivaux de plume avec lesquels il vécut des guerres intestines.
 Et puis, je ne résiste pas à vous faire re-découvrir ce court extrait du célèbre film d'Ariane Mnouchkine qui personnellement me fait toujours pleurer!

samedi 15 avril 2017

La peinture d'Uchiki

Merveille absolue de Xavière Broncard, la Peinture d'Uchiki vient d'arriver chez moi. Un travail de longue haleine autour de la mystérieuse montagne bleue qui m'a animée à une époque. Dans toutes mes histoires, il s'agit de calligraphes inspirés des énigmatiques trois pinceaux japonais.
Voici des extraits du travail de Xavière que je trouve époustouflant!
Merci à elle et aux belles éditions A pas de loup qui ont fait le choix d'accueillir notre projet.





mardi 10 janvier 2017

Romans très courts!

Au mois de janvier sortent des romans très courts:
L'histoire d'une petite fille qui se trouve trop grande aux belles éditions SAMIR




L'histoire d'un vieux renard plus que rusé avec la malice de Carine Hinder


L'histoire de Cléopâtre...qui n'était pas seulement une grande séductrice aux dents longues, illustrée par la grande Clémence Pollet

mercredi 4 janvier 2017

LES ALBUMS DE L'HISTOIRE

Pour bien commencer l'année, des nouvelles de la collection Les albums de l'Histoire - une collection qui tente d'interroger l'Histoire plutôt que de la relater sous la forme d'une collection de faits...

Avec des articles de la revue NVL sur les deux titres parus:





L'opus suivant traite de la guerre d'Espagne, illustré par Clémence Pollet. Il parle plus précisément de la Retirada des enfants en retraçant l'histoire d'un arbre, symbole de résistance, tandis que le quatrième évoque l'exil des Indiens Cherokees. Illustré par Xavière Broncard, il ressemble à un conte...

.

jeudi 1 décembre 2016

Nouveaux ateliers

Mes nouveaux livres parus m'ont inspiré deux nouvelles interventions pour les écoles:


http://www.editionslesminots.com/album-zormitille.phpUn atelier culinaire...
Trois de mes livres abordent le thème de la nourriture.
Dans les Cuisines de Barbe-Noire, un jeune marmiton se retrouvait à bord du vaisseau du célèbre pirate. Dans la Salade de Babau, une ogresse dévorait les enfants en salade. Dans Zormitille, l'ogresse n'a plus d'appétit.
http://www.editionslesminots.com/album-zormitille.phphttp://www.mijade.be/
 C'est précisément autour de cette ogresse que les enfants travailleront. Pour lui redonner faim, les élèves concevront des recettes farfelues, dans l'esprit du livre. L'occasion aussi de se promener un peu en Russie, puisque le livre se déroule dans cet univers et d'imaginer des plats savoureux et slaves....(mitonnés aux enfants)




 Un atelier sur la résistance par la presse du CE2 à la classe de troisième
A partir de Léonie se marie, je propose aux enfants de découvrir la travail de résistance par la presse et plus particulièrement  le rôle des courriers de l'air, lancés par avion.


http://www.lirabelle.fr/


A l'aide de la papillote dont il est question dans la livre, les élèves réaliseront leur propre article de journal.
Un atelier d'écriture qui s'appuie sur des documents d'archives.

 








Articles les plus consultés

Devenir membre